|

Tribune de Stéphanie Fournel, coordinatrice du Think Tank de la Philanthropie de l’Institut Pasteur, le 18 avril 19.

Stupeur et sidération après l’incendie de Notre-Dame : la flèche et la charpente s’effondrent. Un monument exceptionnel à plus d’un titre, disparait sous nos yeux.

Nait alors un énorme élan de générosité et une vague de dons qu’on ne soupçonnait pas, prompte à renouveler l’espoir en une société unie et solidaire.

Les professionnels de la philanthropie ont su se mobiliser très rapidement, pour trouver le réceptacle le plus efficace à l’afflux spontané des dons. Le gouvernement, dans sa volonté de rebâtir, a mis en place rapidement, en concertation avec tous les acteurs de la philanthropie, un site Internet reprenant les quatre principaux acteurs habilités à recevoir des dons pour Notre Dame : https://www.rebatirnotredamedeparis.fr/

Il s’agit de la Fondation de France, la Fondation du Patrimoine, La Fondation Notre Dame sous l’égide de la Fondation Avenir du Patrimoine et de la Fondation des Centres des Monuments Nationaux.

Notre Think Tank de la philanthropie salue la mise en place de mesures exceptionnelles, notamment en terme de défiscalisation.

Jusqu’à maintenant, un don de cette nature permettait d’obtenir une réduction d’impôt à hauteur de 66 % du versement pour les particuliers, dans la limite de 20% des revenus imposables, et de 60% du versement pour les entreprises (loi relative au mécénat dite “Loi Aillagon”).

De plus, certains députés veulent soutenir une proposition de loi permettant d’inscrire la cathédrale de Notre-Dame de Paris comme « trésor national », afin que les donations consenties par les particuliers et les entreprises pour la reconstruction de la cathédrale puissent être éligibles à la réduction d’impôt maximal, à savoir 90% du montant versé.

En attendant, pour les particulier, la réduction fiscale est passée à 75% du montant jusqu’à 1 000 euros, et restera à l’ancien taux au-delà.

3 jours après le drame, plus de 15 millions d’euros ont été collectés auprès des particuliers via ces plateformes, plus de 700 millions d’euros ont été levés, spontanément grâce à l’implication des grandes fortunes françaises, qui espèrent entraîner dans leur sillage les grands philanthropes étrangers. 200 millions d’euros chacun pour Bernard Arnault (LVMH) et la famille Bettencourt (L’Oréal), 100 millions d’euros pour la famille Pinault (Artémis) ou encore Total. C’est 10 fois ce que fait le Téléthon. Et la preuve que tous peuvent, face à l’urgence, se mobiliser spontanément, pour agir !

Est reproché aux grandes fortunes leur cynisme, la défiscalisation dont ils feront usage et donc in fine le poids pour les contribuables français.

Et pourtant, certains y renonceront (la famille Pinault), et des organismes, comme la plateforme de collecte Commeon, décident de ne prendre aucune commission ou frais de plateforme.

Notre Think Tank de la philanthropie se réjouit de cet élan et veut alerter : ne nous trompons pas de débat !

Toutes ces initiatives, qu’elles soient issues de la très grande philanthropie, des initiatives locales d’entrepreneurs, d’artisans, de commerçants, mais aussi des dons de tous les anonymes, sont indispensables et ont la même valeur ! Tous, à leur manière, agissent dans un seul but : sauver notre patrimoine.

Ne nous opposons pas, et faisons de ce drame un message, un exemple !

Que ce sujet permette la réconciliation nationale, qu’elle soit la première pierre vers la reconstruction de Notre Dame, mais aussi d’une société pacifiée, où nous pouvons aborder de la même manière tous les projets que les Français ont à cœur : la solidarité, le logement, l’environnement, la recherche et la santé.