|

Le 14 mars dernier, les experts du Think Tank de la philanthropie se sont réunis à l’Institut Pasteur. À l’occasion de ce petit-déjeuner, le Think Tank accueillait Mme Sarah El Haïry, députée de Loire-Atlantique, dans le cadre de la mission parlementaire qui lui a été confiée sur l’assouplissement éventuel de la réserve héréditaire. Cette mission s’inscrit dans une dimension plus large : celle du développement d’une philanthropie « à la française ».

Au cours de riches échanges, plusieurs questions ont été soulevées. Faut-il conserver la réserve héréditaire ? Comment développer et valoriser la philanthropie des plus fortunés en France ? Comment encourager la donation par les héritiers ?

Aujourd’hui, le potentiel philanthropique de la France reste encore peu exploité. En comparaison à d’autres pays du monde, la très grande philanthropie française est quasiment inexistante malgré une envie émergente de la part des plus fortunés.

Les experts ont partagé plusieurs constats : premièrement, la philanthropie française s’inscrit dans un système juridique encore trop complexe (statuts de fondations divers, etc.), qui ne facilite pas sa bonne compréhension. Il existe également un réel manque de communication des outils à disposition des Français, notamment les outils liés à la donation du vivant, alors même que les possibilités de donner sont multiples (donation temporaire d’usufruit, donation de nue-propriété, donation-partage, etc.).
À cela s’ajoutent un contexte fiscal instable, ainsi qu’une méfiance générale des Français au sujet de leur avenir.
Tant de facteurs qui tendent à freiner le développement d’une philanthropie française à plus grande ampleur.